*

Questions sur les discriminations à l'emploi subis par les seniors

M. Laurent Furst attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur les discriminations à l'emploi subis par les seniors. À l'inverse de la tendance qui voit la durée de vie s'allonger et le vieillissement physiologique se ralentir, le monde de l'entreprise fait trop souvent des salariés de plus de 45 ans des seniors prématurés, les privant notamment du droit à la formation. Il faut le rappeler avec force : l'âge ne saurait suffire à définir un salarié. Tout le monde reconnaît qu'il faut privilégier les compétences, les capacités relationnelles et la personnalité au critère de l'âge. Cela vaut pour l'emploi des seniors mais également des jeunes. Pourtant cette tradition perdure. En France, le taux d'activité des 55-60 ans est l'un des plus faibles d'Europe. Il existe certes des dispositifs en faveur de l'emploi des seniors et des taxes à hauteur de 1 % de la masse salariale pour ceux qui ne les mettent pas en place. Il serait plus judicieux de dépasser cette logique de sanctions pécuniaires pour envisager une politique d'intégration positive des salariés ayant dépassé la cinquantaine. Il lui demande quelles mesures il entend mettre en oeuvre en ce sens.

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail