*

Question sur la disparition programmée de l'assistance technique de l'Etat aux petites communes

M. Laurent Furst alerte M. le ministre de l'intérieur sur la disparition programmée de l'assistance technique de l'État aux petites communes. Alors que les maires sont soumis à une inflation normative (plus de 400 000 réglementations s'imposent aux collectivités), alors que le contexte économique se dégrade et que les territoires ruraux auraient besoin plus que jamais du soutien de l'État, le Gouvernement accumule les textes destinés à priver les espaces ruraux de moyens d'exister. Les modifications du mode de scrutin des conseillers départementaux illustrent bien ce désintérêt pour nos campagnes et nos montagnes. Il se comporte comme s'il voulait non seulement réduire sa présence sur nos terroirs avec la disparition progressive de services publics fondamentaux mais aussi comme s'il cherchait à diminuer la représentation politique du monde rural. Si l'État persiste dans cette logique, il s'éloignera des réalités du terrain. Il attisera une opposition entre les villes et la ruralité alors qu'un aménagement équilibré du territoire suppose à la fois des métropoles compétitives dans l'économie mondialisée et des villes et villages dynamiques et attractifs. L'un ne va pas sans l'autre. Or l'impression donnée se résume aux métropoles et au désert français. Pire l'État risque de s'ériger en censeur et contrôleur des actions des communes rurales en incapacité matérielle, humaine et financière de mettre en oeuvre la batterie des textes imposés. Aussi, il souhaitait attirer son attention sur la gravité des décisions prises et leur impact sur l'avenir du monde rural.

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail